Non! Les personnes en précarité ne sont pas des fainéants!

Qu'est ce que la précarité?

La précarité est l'absence d'une ou plusieurs des sécurités permettant aux personnes et familles d'assurer leurs responsabilités élémentaires, et de jouir de leurs droits fondamentaux. Elle conduit le plus souvent à la grande pauvreté quand elle affecte plusieurs domaines de l'existence. Elle compromet gravement les chances de reconquérir ses droits et de réassumer ses responsabilités par soi-même.

Qu'est ce que l'exclusion?

 

Est considérée comme personne en situation d'exclusion toute personne confrontée à la difficulté de mener une vie conforme à la dignité humaine.

Revenons à la réalité!

Des femmes tenant des enfants par la main font la queue pour un repas chaud, les appels de détresse augmentent jour après jour.

10 000 000 de personnes sont aujourd'hui concernées par la crise du logement, dont 3 500 000 personnes mal logées. L'état se contente de panser cette plaie à coup de plans de sauvetage qui ne prennent pas le mal à la racine.

Comment bâtir une société plus juste sans dénoncer les logements qui n'en sont pas? (caves, garages, locaux commerciaux...) Personne ne veut le voir pourtant cela concerne des centaines de milliers de personnes. Les enfants sont les victimes silencieuses du mal-logement.

Le nombre d'expulsions grimpe. En 2008, 100 000 résiliations de bails ont été enregistrées pour défaut de paiement. Des personnes se retrouvent  dans l'incapacité de régler pendant un certain temps leur loyer, pour cause de maladie, de chômage, de séparation, de deuil, de crise économique.

Nous vivons dans un monde impitoyable, très dur avec les plus fragiles. De nombreux locataires et propriétaires vivent dans des conditions très précaires, faute de pouvoirs financiers.

De nombreuses personnes, ayant peu de revenus, vivent dans des logements qui n'en sont pas. Il y a des questions que l'on ne devrait pas se poser...peut-on vivre dans une cave, un garage, une voiture? C'est la réalité de centaines de milliers de familles qui habitent dans des conditions indignes. Des personnes vivent dans une cave, une ampoule au plafond, quatre murs suintant et des sacs plastiques pour ranger les affaires, résistant aux rats et à l'humidité. On accepte ça?

Peut-on imaginer les mois et la volonté nécessaires pour tenter de reprendre une vie normale?

Il y a 5 ans, vivre dans une tente, dans une cabane, sous un pont, était un phénomène marginal. Maintenant, ce n'est plus le cas. Les personnes qui vivent ainsi ont simplement un emploi précaire.

Plus de 2 millions de personnes vivent dans des conditions très dégradées (logement exigu, sans eau, sans wc, sans chauffage...). De plus en plus de personnes à petit revenu s'installent à l'année dans des mobil-homes. La crise du logement est tellement grave que 600 000 personnes sont contraintes en travaillant de vivre dans des placards, des locaux à poubelles, des cabanes de jardins, des greniers, des caves... Combien de temps faudra t-il encore pour dénoncer ces conditions honteuses?

Réflexions.

 

Il y a un manque de volonté politique de l'état, chacun a droit à un logement décent, c'est désormais la loi. L'état doit absolument agir et ne plus fermer les yeux. 2010 c'est déjà terriblement tard pour ceux qui soufrent.

La crise du logement touche de plus en plus de personnes. Quelles sont les pistes pour éviter que cette situation n'empire?

Que fait-on pour les jeunes et les salariés en difficulté?

Peut-on concilier logique économique, profit, et donner un toit à chacun?

 

Venez réagir sur ce sujet dans le forum.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×